Le sanu relève ses émissions CO2

Les entreprises de services comme sanu sa sont rarement de gros émetteurs de CO2. Pourtant, nos activités laissent elles aussi une empreinte carbone que nous avons fait calculer en 2021. Grâce à ce bilan, des mesures ciblées peuvent être poursuivies ou mises en place.

Reduce CO2 emission concept in the hand for environmental, global warming, Sustainable development and green business based on renewable energy.

En janvier 2021, le Conseil fédéral a adopté la stratégie climatique à long terme de la Suisse. D’ici 2050, la Suisse doit atteindre l’objectif net zéro, c’est-à-dire ne pas rejeter dans l’atmosphère plus de gaz à effet de serre qu’elle n’en absorbe par ses réservoirs naturels et techniques. La Suisse veut ainsi contribuer à maintenir le réchauffement global en dessous de 1,5°C, comme le prévoit l’accord de Paris. L’objectif ne peut être atteint que si tous les acteurs apportent leur contribution.

Résultats du bilan carbone 2019

Afin de déterminer ses propres sources et quantités d’émissions, sanu sa a établi en 2021 un bilan CO2 en collaboration avec la société Climate Services AG. Selon ces calculs, sanu sa a émis environ 90 tonnes d’équivalents CO2 en 20191.

Selon la norme ISO 14064, les émissions sont réparties en trois catégories. Cette ventilation a pour but de déterminer l’impact et le potentiel d’action de l’organisation sur les émissions. La catégorie 1 représente les émissions directes liées au chauffage et aux véhicules de l’entreprise. sanu sa ne possède pas de véhicules propres, mais le chauffage (contrat de location) pèse d’autant plus dans la catégorie 1. Avec 60.6t, il est responsable d’environ deux tiers des émissions totales de sanu (voir fig. 1). La catégorie 2 représente les émissions de l’énergie achetée. Comme l’électricité achetée provient en grande partie de sources renouvelables, ses émissions ne sont guère significatives. La catégorie 3 comprend les émissions générées par les services et les biens achetés. La consommation de papier et de matériel (10t) ainsi que les repas des collaborateurs sur le lieu de travail (9,4t) jouent ici un rôle important. Les déplacements professionnels et les trajets domicile-travail des collaborateurs ne représentent qu’environ 2% des émissions totales.

Fig. 1 : Émissions de CO2 de l’entreprise sanu ag (source : Climate Services AG)

Avec le choix des lieux de cours, l’offre de restauration pendant les formations et les mesures de sensibilisation, sanu sa a également une influence sur les émissions de CO2 de ses clients. Si celles-ci sont intégrées dans le bilan, le résultat est différent.

Répartition des émissions de CO2 de sanu, y compris les émissions des clients (2019) (source : Climate Services et sanu ag)

Bien qu’en 2019, près des ¾ des participants se soient déplacés en train, les trajets des participants aux cours ont généré plus de 18 tCO2. Les repas du cours ont été estimés à 13 tCO2 avec une proportion de 1/3 de menus végétariens et 2/3 de menus à base de viande. Les émissions liées à la restauration et aux déplacements des clients se sont donc élevées à environ 31 tCO2 en 2019, ce qui correspond approximativement aux émissions de la catégorie 3 de sanu ag. La figure 2 se réfère aux émissions de sanu sa, y compris les émissions indirectes des clientes et clients.

Mettre en œuvre des mesures, compenser les émissions

En tant qu’entreprise certifiée ISO 14’001, sanu sa dispose depuis longtemps déjà d’un système de gestion environnementale. Les mesures mises en œuvre ces dernières années concernaient principalement la consommation de papier et la mobilité. L’entreprise n’a malheureusement guère d’influence sur le chauffage, qui est le plus gros émetteur, car le bâtiment est la propriété de la ville de Bienne. En fait, nous devrions déménager immédiatement dans un bâtiment “net zero” et pourrions ainsi réduire d’un coup de deux tiers les émissions de CO2 internes à l’entreprise. Heureusement, le propriétaire a décidé de rénover l’ensemble du bâtiment en 2022, ce qui aura un effet positif sur la consommation d’énergie.

Actuellement, sanu sa travaille principalement sur les mesures suivantes pour réduire davantage ses émissions de gaz à effet de serre :

  • Chauffage des bâtiments : assainissement des bâtiments par le propriétaire (ville de Bienne). Meilleure utilisation des bureaux et des salles de séminaire, promotion de l’espace de coworking.
  • Réduire la consommation de papier : Passage à des supports de cours électroniques ; renonciation accrue aux dépliants de cours imprimés ; réduction du volume du rapport annuel, etc.
  • Mobilité durable (clients et collaborateurs) : Promotion du télétravail ; centralité et accès des lieux de cours en transports publics ; multiplication des offres en ligne ;
  • Alimentation durable : sensibiliser les collaborateurs du sanu et les participants aux cours à une alimentation qui préserve les ressources ; pendant les cours, on ne propose pratiquement plus que des menus végétariens ; lors des caterings, tenir compte des fournisseurs régionaux et des produits de saison.

L’alimentation ayant une grande influence sur l’empreinte carbone, nous nous sommes penchés intensivement sur la question ces deux dernières années. La sensibilité à cette thématique a sensiblement augmenté au sein de l’équipe sanu. Alors qu’il y a deux ou trois ans, proposer exclusivement des menus sans viande lors d’un séminaire pratique pour les collaborateurs des centres d’entretien était pratiquement un no-go, cela devient peu à peu un standard dans tous les cours sanu. En tant qu’institution de formation, sanu sa a une fonction de modèle. Nous pouvons montrer l’exemple en matière de valeurs, informer et éduquer. Et ainsi, nous l’espérons, apporter une petite contribution à la réduction des émissions de gaz à effet de serre de nos clients.

Comment pouvons-nous, en tant qu’institution de formation, parvenir à un bilan net nul d’ici 2030 ?

Grâce au bilan, nous savons où se trouvent les plus grands leviers et dans quelles directions nous devons développer nos mesures. Il nous faudra encore quelques années pour atteindre l’objectif zéro net. La direction de sanu sa a donc décidé de compenser volontairement les émissions de CO2 de l’entreprise d’ici là. Les 90 tCO2-équivalents actuels sont compensés dans des projets internationaux de protection climatique myclimate. De plus, sanu sa soutient le développement de l’énergie solaire dans la région de Bienne en achetant quatre parts sociales de la coopérative solaire Région Biel/Bienne, fondée fin 2021.

Nous nous réjouissons de recevoir des idées et des suggestions sur la manière dont nous pouvons continuer à réduire notre empreinte carbone. Pour maîtriser la crise climatique, la prise de conscience et l’engagement de chacun d’entre nous sont nécessaires !

[1] Les calculs ont été effectués pour l’année 2019, car les années 2020 et 2021 n’étaient pas représentatives en raison de la situation de Covid.

Leave a Reply

Your email address will not be published.