Le sens du bien commun au service de la protection du climat

Les mesures visant à enrayer le changement climatique constituent un pilier essentiel du développement durable. Plus les intempéries et les sécheresses sont dévastatrices, plus les crises nous touchent : les ressources naturelles diminuent, et avec elle notre futur terrain de jeu. Les gens fuient ; les femmes, les enfants et les hommes deviennent des victimes. La protection du climat ne fait pas que maintenir la stabilité de notre atmosphère, elle renforce aussi indirectement les droits des populations vulnérables et le bien-être général, car les gens ont plus de chances de pouvoir gagner leur vie là où ils sont chez eux. On m’a récemment demandé si cela signifiait que nous devions concentrer tous les efforts de durabilité sur les mesures de protection du climat, par exemple au travers de l’aide au développement ? Je ne le pense pas, car la protection du climat ne suffit pas à elle seule à garantir des chances et des droits équitables pour tous.   

Copyright: by friendoftheearth.org

Trois raisons de considérer la protection du climat en tant que développement durable global

L’action en faveur du climat, l’égalité des sexes, l’énergie propre et abordable, le travail décent pour tous, la protection des systèmes naturels terrestres et aquatiques sont autant de perspectives pour un développement durable. Et il est important de les percevoir dans leur globalité pour (au moins) trois raisons :  

  • Les effets du changement climatique se font déjà sentir aujourd’hui, même s’ils ne touchent pas tout le monde de la même manière. Partout où les tempêtes et les sécheresses font rage, où les mers sont asséchées, où les sols fertiles font défaut, les gens s’appauvrissent. Les terres non cultivables augmentent dans le monde entier et ne peuvent être reconstituées rapidement. Les habitants doivent trouver un autre moyen de subsistance. Le bien-être de ces personnes doit faire partie du développement durable et ne peut être atteint par les seules mesures de protection ou d’adaptation au climat. Il s’agit déjà aujourd’hui de faire face de manière équitable aux conséquences du changement climatique. En Suisse, nous essayons de minimiser et d’assurer les dommages à venir, par exemple avec des cartes des zones de danger et des sols.  
  • Si la protection du climat se base uniquement sur le fait qu’une partie de l’humanité souffre de la faim, ne possède rien, n’est pas mobile, n’a pas accès à l’énergie et a donc une faible empreinte écologique, elle restera inefficace à moyen terme. L’inégalité flagrante entre les personnes conduit à la rébellion et à la discorde. La protection du climat ne fonctionne que si l’égalité des droits et des chances est promue. En Suisse, par exemple, c’est ce qui se passe avec la redistribution prévue par la loi sur le CO2 et de nombreuses initiatives étatiques et privées qui combinent protection du climat et innovation pour renforcer l’économie.  
  • Les gens font une pesée d’intérêts différente en fonction notamment de leurs valeurs – certains préfèrent défendre l’égalité, la réduction de la pauvreté ou la préservation de la biodiversité, d’autres la protection du climat. Cela permet de contribuer au développement durable sous des perspectives et des motivations différentes – l’objectif de permettre le développement dans les limites de la planète étant partagé par tous.  

La lutte contre les changements climatiques est un succès là où les hommes et les femmes travaillent en harmonie avec la société et la nature. Dans ce contexte, les droits et les règles générales ne suffisent pas : des personnes et des entreprises fortes s’engagent ici et maintenant pour le bien commun et pour les générations futures en assumant leur responsabilité envers elles-mêmes et les autres – au-delà des obligations légales – parce qu’elles apprécient et veulent préserver la liberté associée à la responsabilité individuelle. 

Un développement durable réussi dans les PME grâce à l’économie circulaire

Copyright by: aruemar on Adobestock

Plusieurs projets actuels dans le domaine de l’économie circulaire peuvent être considérés comme un exemple réussi de développement durable. Dans ces exemples, des solutions locales sont trouvées sur la base de principes globaux. Des chaînes de valeur entières, y compris dans l’administration, commencent à rendre leurs acteurs plus résistants face aux crises économiques – ce qui peut créer des opportunités pour de nouvelles et jeunes entreprises, et favorise également la confiance et la solidarité entre elles. Des réseaux vivants sont créés, renforcés par la coopération et non plus exclusivement par la concurrence.  

Les systèmes fermés de flux d’énergie et de matières (par exemple dans l’industrie chimique, le recyclage, les réparations et le cycle des nutriments dans l’agriculture) créent de nouvelles formes de coopération – non seulement dans les petites entreprises et l’artisanat, mais également dans l’industrie et le commerce.   

Ce renforcement des liens et de la confiance mutuelle est un moteur important du développement durable. De même, les mesures de protection du climat doivent véritablement impliquer tous les acteurs, de l’homme à la nature. Le climat est pour nous une fondement systémique important qui mérite d’être protégé – le développement durable est notre avenir, nous en sommes persuadés. 

L’économie circulaire pour les PME

Développez votre entreprise en la rendant résiliente et à l’épreuve du temps grâce à la coopération. Dans notre cours Économie circulaire pour les PME, vous développerez une stratégie et serez personnellement accompagné dans votre entreprise.

Leave a Reply

Your email address will not be published.