L’engagement social de sanu – En mots, mais surtout en actions

Pendant cette période troublée par les différentes restrictions liées au coronavirus chaque entreprise a dû s’adapter, innover. Confronté à la gestion de crise, l’humain est aussi capable du meilleur, tout comme les entreprises. Des actions isolées, des réseaux d’entraide et des mesures d’entreprise ont contribuées à adoucir cette période amère.

Copyright: Adobe Stock

Sanu s’engage pour le développement durable sans oublier son troisième pilier – trop souvent négligé – de la dimension sociale. Afin de ne pas pénaliser ses employé-e-s qui n’ont pas pu maintenir leur taux d’activité habituel pendant le confinement, sanu a décidé de comptabiliser toutes les heures de bien-sociaux donnée par ces personnes comme heures de travail habituelles. Cela a permis de réduire le stress de ces employé-e-s, de valoriser leurs actions d’aide volontaire et de donner de l’aisance dans la réalisation de ces bonnes actions.

Témoignages

Tiphaine Leuzinger

2 ans avant de rejoindre l’équipe du sanu, je m’occupais à temps partiel d’une femme handicapée motrice. Elle est alitée et ne peut utiliser ses bras que pour des mouvements très limités tel qu’appuyer sur un bouton. Bien que la technologie d’aujourd’hui lui permette un peu plus d’autonomie, elle a besoin d’un accompagnement pour de nombreuses tâches de la vie quotidienne (y compris pendant la nuit).

Au moment du confinement, son équipe d’assistant-e-s de vie c’est réduite drastiquement, la laissant seule de nombreuses heures voire des journées entières.

Aussi, pratiquement tous les mercredis et certains week-end, je lui ai préparé les bons petits plats de son choix – histoire de changer des sandwichs et autres tartines. Puisqu’elle ne peut pas s’alimenter seule j’allais lui donner à manger chez elle et j’en profitais pour lui faire sa toilette corporelle et quelques tâches urgentes laissés de côté (administration, trie du réfrigérateur, gros nettoyage, arrosage des plantes, etc.).

Par ce que la vie n’est pas qu’obligation et devoir, nous nous sommes également offertes des moments récréatifs afin de maintenir notre bonne santé de corps et d’esprit. Je l’ai donc emmenée en voiture chercher des plantons pour son balcon dans un endroit spécial en plein air ainsi que chez moi pour profiter du jardin et de la forêt alentour.

De retours au bureau à un taux d’activité normal, le souvenir de cette période d’isolement social et éclairci par de beaux souvenirs en sa compagnie. Je remercie profondément l’équipe dirigeante du sanu qui m’a permis d’avoir l’esprit léger pendant ces moments passés avec elle.

Leave a Reply

Your email address will not be published.